User Tools

Site Tools


sciences

Differences

This shows you the differences between two versions of the page.

Link to this comparison view

Both sides previous revision Previous revision
sciences [2016/06/15 10:51]
user
sciences [2016/06/15 10:52] (current)
user
Line 8: Line 8:
 Dans le monde arabo-musulman,​ les recherches dans tous les domaines scientifiques ont des finalités pratiques et visent à résoudre des problèmes quotidiens comme le calcul de surfaces et de longitudes, l'​aménagement urbain, l'​amélioration du calendrier et, avant Copernic (qui eut connaissance de leurs travaux), critiquent Ptolémée et construisent un modèle planétaire centré autour du Soleil. Les Arabes inventent de nouvelles techniques utiles à l'​agriculture : norias, pressoir à huile et à canne, techniques d’arpentage des terres, calcul des impôts, cartographie,​ architecture,​ navigation ou encore d'​impressionnants automates.\\ \\ Dans le monde arabo-musulman,​ les recherches dans tous les domaines scientifiques ont des finalités pratiques et visent à résoudre des problèmes quotidiens comme le calcul de surfaces et de longitudes, l'​aménagement urbain, l'​amélioration du calendrier et, avant Copernic (qui eut connaissance de leurs travaux), critiquent Ptolémée et construisent un modèle planétaire centré autour du Soleil. Les Arabes inventent de nouvelles techniques utiles à l'​agriculture : norias, pressoir à huile et à canne, techniques d’arpentage des terres, calcul des impôts, cartographie,​ architecture,​ navigation ou encore d'​impressionnants automates.\\ \\
  
-Les Mathématiques,​ divisées d’abord en deux grandes branches: les «sciences du calcul» ou //​arithmétique//​ et les «sciences de la mesure» ou //​géométrie//​ (place importante d’Euclide),​ vont s’ouvrirent à ce que l’on allait appeler «algèbre» (//​al-jabr//​),​ théorisée par le célèbre mathématicien et astronome Al-Khwârizmî (Le mot "​algorithme" ​vient de son nom), auteur de l'​ouvrage //Kitab al Jabr// (de jabara, réduire).\\ \\+Les Mathématiques,​ divisées d’abord en deux grandes branches: les «sciences du calcul» ou //​arithmétique//​ et les «sciences de la mesure» ou //​géométrie//​ (place importante d’Euclide),​ vont s’ouvrirent à ce que l’on allait appeler «algèbre» (//​al-jabr//​),​ théorisée par le célèbre mathématicien et astronome Al-Khwârizmî (Le mot «algorithme» ​vient de son nom), auteur de l'​ouvrage //Kitab al Jabr// (de jabara, réduire).\\ \\
  
-L'​histoire du mot "​chiffre" ​mérite d'​être racontée : en empruntant aux Indiens leur système de numération et d'​écriture de position des nombres (qui facilite grandement les opérations arithmétiques),​ les Arabes désignèrent le 0 : //​es-sifr//,​ littéralement,​ le vide. Le mot fut latinisé en //​cephirum//​ ; en Italie, il devient //zefero// puis //zéro// ; en France, il devient //chiffre// – pour désigner l'​ensemble des caractères numériques – et pour lever l'​équivoque,​ on emprunta à l'​italien le //zéro// pour désigner la valeur nulle qui à proprement parler devrait avoir l'​exclusivité de s'​appeler //​chiffre//​. C’est toutefois au XII<​sup>​e</​sup>​ siècle seulement que sous l’influence de la science arabo-musulmane,​ on utilise en Occident latin le «calcul indien» c’est-à-dire l’arithmétique de position utilisant neuf chiffres et le zéro pour effectuer les opérations fondamentales du calcul.\\ \\+L'​histoire du mot «chiffre» ​mérite d'​être racontée : en empruntant aux Indiens leur système de numération et d'​écriture de position des nombres (qui facilite grandement les opérations arithmétiques),​ les Arabes désignèrent le 0 : //​es-sifr//,​ littéralement,​ le vide. Le mot fut latinisé en //​cephirum//​ ; en Italie, il devient //zefero// puis //zéro// ; en France, il devient //chiffre// – pour désigner l'​ensemble des caractères numériques – et pour lever l'​équivoque,​ on emprunta à l'​italien le //zéro// pour désigner la valeur nulle qui à proprement parler devrait avoir l'​exclusivité de s'​appeler //​chiffre//​. C’est toutefois au XII<​sup>​e</​sup>​ siècle seulement que sous l’influence de la science arabo-musulmane,​ on utilise en Occident latin le «calcul indien» c’est-à-dire l’arithmétique de position utilisant neuf chiffres et le zéro pour effectuer les opérations fondamentales du calcul.\\ \\
  
 L’optique,​ l’alchimie,​ l'​astronomie,​ la mécanique firent leur apparition en Occident en provenance de l’0rient arabo-musulman. L’alchimie dont le nom provient de l’arabe //​al-kimiyâ//,​ dérivé par le syriaque du grec, langue dans laquelle il signifiait «art de fondre, d’allier les métaux», donna naissance à des systèmes complexes attirant une méfiance et même de l’hostilité de la part de l’Eglise latine. ​ Alors que l’astronomie s’était largement développée dès le IX<​sup>​e</​sup>​ siècle en Orient, ce n’est qu'au XII<​sup>​e</​sup>​ siècle que les nouvelles traductions des tables astronomiques donneront aux Occidentaux la maîtrise définitive de l’astrolabe qu’ils apprennent à fabriquer eux-mêmes.\\ \\ L’optique,​ l’alchimie,​ l'​astronomie,​ la mécanique firent leur apparition en Occident en provenance de l’0rient arabo-musulman. L’alchimie dont le nom provient de l’arabe //​al-kimiyâ//,​ dérivé par le syriaque du grec, langue dans laquelle il signifiait «art de fondre, d’allier les métaux», donna naissance à des systèmes complexes attirant une méfiance et même de l’hostilité de la part de l’Eglise latine. ​ Alors que l’astronomie s’était largement développée dès le IX<​sup>​e</​sup>​ siècle en Orient, ce n’est qu'au XII<​sup>​e</​sup>​ siècle que les nouvelles traductions des tables astronomiques donneront aux Occidentaux la maîtrise définitive de l’astrolabe qu’ils apprennent à fabriquer eux-mêmes.\\ \\
sciences.txt · Last modified: 2016/06/15 10:52 by user

Bitnami